samedi 4 décembre 2010



LE SON .

La combinaison des plusieurs son crée la musique . cette dernière est l'élément mère de toutes existence . la musique , c'est l'indicateur du mouvement, la résultante de l'expression de l'energie Divine , l'expression de toute vie . L'expression de l'essence de toute existence est musicale .
Je me suis decide' a rediger cet article contenu de la mariginalisation de l'importance du son et de la musique dans nos societes actuelles , cette science des dieux d'autres foi a ete reduit a sa plus faible expression qui est celle du divertissement et cela grace a l'avancer des multinationales dans ce domaine . La musique est devenu un vulger,un bien comercial pour la grande majorite des musiciens africans . Sa force intrainseque de transformer , de batir ,de maintenir la societe bien qu'utiliser par les pouvoir occultes a l'insu souvant des producteurs des oeuvres est la seulement pour garder la societe dans une direction particuliere munitieusement choisit par les force obscure qui ont pris la possession de ce monde .
La nature meme nous apprend que le son est l'art des dieux , cette sagesse fondamentale et primordiale nous est donnee' d'une manière très simple et simpliste .
Commençant par l'arrivée' de l'homme dans la vie sur terre , celle ci est célébrée' par la musique . Les pleures , les cris que la maman de l'enfant produit dans sa douleur d'enfantement lors de la naissance n'est ce pas la une musique? Elle a pour but ou effet d'inviter le jeune corps de l'enfant a descendre dans la colonne de la naissance . A sa sortie du seins de sa mère ,l'enfant salue la vie sur terre en lui chantant aussi une belle chanson , il pleure ..... .
Toute activité de la vie de l'homme sur cette terre est désormais' une chanson particulière lors que nous la regardons de très prêt . La naissance ainsi que la mort de l'homme est aussi saluee par la musique. Manger , marcher , danser , dormir , se communiquer , se décharger ou même se reproduire est toujours accompagnée' d'une musique et d'un rythme.
La naissance de la journée est saluee' par les chants d'oiseaux , d'animaux et insects qui gardent encore sans faille cette connaissance . La tombée de la nuit est aussi saluee' par la musique des animaux , les oiseaux et toutes sortes d'insectes. L'essence de la vie donc est musique . c'est une conclusion logique qui ne peut que aisément découler des ses genres d'observations.
Communement la musique est défini comme étant l'art de produire une son agreable a l'oreille mais quand nous regardons de prêt cette définition , nous constatons que la musique c'est l'art de produit une son tout cour car généralement l'appréciation de ce qui est agreable ou pas est assez subjective . Ce qui peut sembler agreable pour les un peut etre une cacophonie pour les autres et vis versa . Bref la musique est la capacité de produit un son.
Cependant le son lui même est une réalité qui a fasciner plus d'une personne .



Qu'es ce que le son?


Les scientifique le définisse comme une vibration ou une onde de molécules d'air résultant du mouvement d'un objet. L'onde est une onde de compression dans laquelle la densité des molécules est plus élevée. Cette onde se propage dans l'air à une vitesse qui dépend de la température. Une onde sonore contient de l'énergie qui peut à son tour provoquer un mouvement. Toutefois, si une onde entre en contact avec un objet solide, elle est réfléchie, ce qui produit un écho. L'énergie sonore peut être transformée en d'autres types d'énergies, par exemple, en énergie électrique,lumineuse , calorifique et inversement. Ce cette propriété qui est à la base des communications téléphoniques par exemple .
Après cette définition si laborieuse de la science , le son parait etre une conséquence logique de l'energie issue du déplacement de la masse d'air . Son évaluation est bien sure fonction du milieux ou cette énergie s'exprime qu'il s'agit d'un milieux gazeux , liquide, solide ou etheric .
le son est alors une énergie ainsi pour apprécier existence ou la vie dans un corps (objet) , l'homme a toujours eu tendance a chercher l'existence d'un son en son sein . Pour savoir si le corps de l'homme est en bonne santé les médecins vérifieront , le battement du coeur , la résonance des poumons ect...
À Partir de leurs sons particuliers,le médecin peut etre en mesure de savoir si cette organe fonction bien ou s'il est capable de produit l'energie nécessaire pour le corps .
D'autres approches medicinales cherchèrent a étudier le champ électrique que le son produit dans le corps et dont la résultant est l'aura humain . Bien que peux devellopper a l'heure actuelle, beaucoup des bons chercheurs voyent en cette demarche la medecines du futures. L'intensité des ces champs electriques fortes ou faibles permettent de comprendre la nature des maux dont le corps souffre , c'est le cas de la médecine chinoise qui utilise les aiguilles placées dans un ordre détermine' sur le corps suivant les files énergétiques du corps ou méridiens . Ils utilisent diverses son pour réveiller ou rééquilibre le flot énergétique dans le corps. Dans la médecine Africaine le son est un élément que les Nganga (Médecin) ne peuvent jamais s'en passer . Pour recréer le déséquilibre energetique ou ouvrire les portes inter dimensionnelles , les chansons sont évoquées et le son est utilisé' dans toute son extension de manipulation et distorsion que nous appelons le rythme pour generer le contact avec le monde des nos ancetres ( le monde spirituel) .
Le son donc du fait d'être energetique cad mangetique et electrique , influence tous les aspects de la vie car la vie elle même est energetique . Ceci est le fondement du pardigme Africain qui accorde un sens de conscience et une capacite agissante du son dans la nature ; tous cequi vibrent a son en elle . Cette vertue etait enseignee' de long date en egypte et aujourd'hi encore dans beaucoup des nos culture avec des materiaux tres simples .


Le son est la science des Dieux .

Dans les contes de l'afrique ancienne , on y retrouve une pédagogie tres sage que nos traditions ont utilisés depuis de millenaires pour passer la sagesse et la morale a la société et la musique y jour un rôle des clefs . D'ailleurs beaucoup d'entre nous ont cette nostalgie des contes de la grande mère ou du grand père qui étaient toujours colorée' des chansons et des mélodies différentes selon la sagesse que le contes voulaient apporter . La musique c'est vraiment la science des Dieux ,des Nzambes ,Mahansi, bisimi et le Mbansi pour l'africain .
Le son détermine la fréquence energetique dans la quelle nous vivons , cependant aussi nous tous avec les Mahansi , bisimi et le Mbansi nous contribuons a la symphonie universelle par notre exercice de la pensée a travers nos chants et notre action dans la vie quotidienne .
Le son est universelle et travers a la fois les univers , et la subtilité des êtres qui émettent le son au travers de leur exercice selon les différents monde ou sont défini les différents expression des sons que nous connaissons .
L'énergie captee' par l'esprit Humain par exemples et reoriente' par exercice du vouloir enfin lancee par l'esprit sous forme des pensées devient enfin une musique audible par nos oreille ou pas,c'est la force motrice de l'existence de notre monde . Nous devons souligner que dans son étape dematerialisation , l'energie primordiale captée' par esprit se transmute en lumière ,son et chaleur qui son en réalité les différents expression d'une même chose . Dans ce monde de la matière lourde le son , la lumière et la chaleur son inséparable car il sont Nsaku , Mpanzu et Nzinga cad le pouvoir , la sagesse et l'amour de Nzambia Mpungu tulendo . Makuku matatu malamba kongo enseigne la sagesse Kongo. Toutes les lois ( physique ou métaphysique ) en existence trouvent leurs expressions dans ce triade .
Connaître le son , maîtriser le son c'est maîtrise' la science des Dieux et devenir un avec Tata Nzambia mpungu tulendo qui est notre but ultime sur cette terre . Voila pour quoi un peuple qui veut s'émanciper ne doit pas prendre sa musique et son rythme a la leger. Sa musique, son rythme , c'est son pouvoir , c'est sa sagesse , c'est spiritualité .
Le son a le pouvoir créateur .
Bien que tout ce qui s'exprime en dehors commence sa conception dans la nature profonde de notre esprit cette nature cache' , dans le noir de notre etre , energie primordiale que nos ancêtre d'Egypte ont appelle' Ra , Nza, qui est dans le noir de notre esprit . Le noir étant l'amplitude de résonance tendant vers l'infinie . La matérialisation de cette energie primordiale ( kozalisa ) est un long processus qui passe par la concentration de cette energie , l'orientation de cette energie et l'enonciation par l'acte de pouvoir cad le son qui provoque l'accomplissement de cette energie en boule de feux qui est lumière ,son et chaleur .
Dans son livre Makaba Ne mwanda Semi parle de la manifestation de nôtre monde et plus spécifiquement , il parle de la manifestation de notre monde existant qui est l'oeuvre de Ne Mbumba Lowa et des plusieurs Mahansi . nous le citons:"MU MPEVE YA TATA NZAMBI'A MPUNGU MUAVAIKA MPEVE YA NGUE NTANGU. MU MPEVE YA NGUE NTANGU MUAVAIKA TIYA TUSEMANGA.
MU MBU WA TIYA TUA NGUE NTANGU MUAVAIKA MAMA NTOTO WABUTA BANA BANDI BAMPILA MU MPILA :
MINTI, BIBULU, YE BANTU BA KANDA DIA BANA BA NTOTO..."
Makaba 118 1-2.
Cependant ,parlant de Ne Mbumba Lowa et du processus de la manifestation de notre galaxies.Il nous montre les diffèrents étape de la science des Dieux, en ce terme .
Une réunion s'etant tenue quelque part dans le MAHANZA (= LE COSMOS, L'UNIVERS).
Au centre de cette réunion se tenu NE MBUMBA LOWA (= LE CREATEUR SOLAIRE) entouré de QUARANTE NEUF ESPRITS SUPERIEURS.
Au cours de leur réunion, ils décident de créer un nouveau NZALOWA (= UN SYSTEME SOLAIRE), pour l'évolution des FILS DES HOMMES qui sont aussi les FILS DE DIEU.
NE MBUMBA LOWA choisit l'emplacement de ce nouveau NZALOWA, puis il rentre en MEDITATION PROFONDE, VISUALISE, et EMET LA PAROLE DE POUVOIR QUI RASSEMBLE LA MATIERE PRIMORDIALE ET LA FAIT ENTRER EN MOUVEMENT TOURBILLONNAIRE.

Regarde comment cette MATIERE PRIMORDIALE TOURBILLONE !

Du FEU apparaît, puis la LUMIERE, puis le SON et la CHALEUR .

De ce FEU CENTRAL sortent des BOULES GIGANTESQUES DE MATIERE EN FUSION qui s'élancent dans le LUYALUNGUNU ( = L'ESPACE, KITAMINA) et se mettent à tourner autour du GRAND FEU CENTRAL, devenant ainsi des MPINANZA (= DES PLANETES).
De ce fait l'univers et existence est une grande symphonie dans les différents mondes sont des mélodies des choeurs émises par les êtres lumineux qui constituent cette symphonie .
C'est la maîtrise de cette aspect de la science Divine cad la musique (son) et le rythme avait permis a nos ancêtre a Ekipata ( egypte ) de pouvoir créer ces grandes machines de l'accélération de la conscience de notre planète que l'on a appele' " pyramides" , cette technologie était enseigne' aussi a beaucoup des peuple par Osa Ra = ORISHA= ORINZA ( osiris ) le plus bon.
c'était avec des blocs gigantesque de granite qui soumisent a certaine conditions energetiques a l'aide du son ,devenaint de super conducteurs d'énergies que nos ancêtres récoltaient energie infinie qui entour notre planète et modifier volontairement le climat, emotion et sante' sur son etendu . Ceci démontre aussi que notre système actuelle dite moderne dont nous sommes si fiere de se servir de l'energie des fossiles est très primitif et meme aux consequence tres dangereuses . Nous n'avons qu'avoir la facon dont notre climat sur terre est modifie' en ce jour a cause de l'utilisation des sources energetiques poluantes comme le petrole , le gaz et l'energie nuclaire ect.... pour nous enconvaincre!
Si la grande question que les savants actuelles se sont poses été de savoir comment les kamas
(Habitant de l'egypte ancienne ) pouvaint- t- ils soulever ce tres grande tonnages ? Et bien ils avaient la maitrise de la science du son.
LEVITATION A L'AIDE DU SON EN LABORATOIRE.
Je vous amene a reflechir sur cette experienc effectue' au laboratoire ou en souleve des masses a l'aide de l'utilisation du son seulement et rien d'autre .

video
en plus veux donner cette exemple d'une expérience effectuer au laboratoire toujours qui se trouve sur you tube ou utilisant le son seulement et on arrive a crée des des formes d'art d'une beauté magique , ou encore l'expérience du professeur japonais sur la conscience de l'eau qui est capable de réagir a des sons affectant ainsi sa configuration mangetique et electrique intérieur de l'eau.
L'ART A PARTIR DU SON


video
LE SON A LE POUVOIR GUERRISSEUR
Le son a un pouvoir thérapeutique que tout le monde connais , un son peut changer les humeurs des ceux qui sont exposes a son influence. Ici nous aimerons souligner qui ne peut pas s'agir seulement des sons que nous pouvons percevoir . mais de toute sorte des sons . Dans les églises et certains hôpitaux les sons sont utilises pour changer les différents état mentaux de malades afin d'accélérer leur guérisons . Toute meditation dans la conception Hindu commence toujours en evoquent le son universel AUM.
Nous avions dit un peut plus haut qui est impossible que concevoir la médecine Africaine sans la musique , le rythme et les danses . La médecine Africain tient a l'oeil le fait que la maladie sur le corps n'est qu'une dernière manifestation de l'altération des autres couches énergétiques qui constituent l'homme d'où réagir seulement aux malaises manifestes aux travers du corps ne serait pas réparer totalement les déséquilibres qui causent la maladie . Cette médecine sait aussi que même pour les maladies somatiques que les plantes guérissent facilement , cependant la guerrison de cette aspect physiologique est accélère par la maitrise du son et du rythme . Mais aussi , elle n'ignore pas que certaines maladies peuvent êtres l'oeuvre des êtres maléfiques qui se servent des Nkisi pour attaquer certaines couches sensibles de l'aura alors en ce moment le processus de guérison ne pouvait pas seulement répondre a la force médicinale des plantes seule , il faudra faire appelle aux génies ( Bisimbi et Bakulu) pour aide a recouvre l'équilibre energetique rompue . Et c'est a ce point que la musique le rythme jouent un rôle capital pour galvaniser l'energie nécessaire afin de créer' une interférence avec la densité energetique des Bisimbi et des bakulu . Dans ce genre des cérémonies , il faut des chansons particulières , des battements des tam tam particuliers , des endroits particuliers et des heures particulières pour des jouer la malice des êtres malfaisants , les Ba Ndoki ou les Ba Loji, qui peuvent se servir des plusieurs techniques de manipulations energetique sur la victime afin de la rendre malade ou de l'amener a une mort précoce. Il faut reconnaître que dans ce genre des cas les Baloji sont aussi maître en manipulation energetique d'où pour atteindre un résultat ex compter , le Nganga doit avoir une connaissance vaste des mondes d'autres densités qui entour cette dimension mais surtout la maitrise des lois energetiques . Les differents mbila ou mantra qui le Nganga doit se servir sont les armes qui lui permetra de terracer les tenebres.

Le son a le pouvoir de la maintenance .


Le son , compte tenue de sa nature comme une manifestation de l'energie primordiale et aussi compte tenue du fait que l'univers et les mondes sont des manifestations de la symphonie universelle . Il est claire que pour se maintenir l'univers a besoin de garder sa musique a un niveau de cohérence mélodieuse . Car c'est cette mélodie qui est la création et qui la soutient et la maintient . Lorsque cette harmonie est détruite par une mauvaise exercice de l'activité de la pensée par l'homme ou autres êtres . En ce moment la partie du cosmos ou ce déséquilibre se cree, est contrainte de chuter son taux de vibration et sombrer dans des régions ténébreuses pour un temps et se voir dépourvue des toutes les benedictions des bisimbi et bakulu lumineux . Cela va amener un chaos dans la manifestations de la vie dans ce monde la comme c'est le cas de la planete terre qui avait chute' il ya plusieurs millenaires dejas . Nous pouvons nous meme etre temoin pour voir que depuis que la lois sacree avait commence' a etre viole' sur cette planete dans cette dimension les dieux ( Bakulu ) et le bisimbi se sont de plus en plus retires de la gestion des affaires et ce n'est sont que des etres extra demensionels qui sont venues des autres dimensions nos loin de la notre avec une technologie tres superieurs a la notre qui sont entrain des jouer le jeux d'un Dieu unique sur cette planete entrainant des querrelles interminables et guerres , instaurant un mode de vie qui est totalement a l'encontre de la loi sacree, L'EGOISME .
Cependant bien qu'ils soient apparement puissant par rapport a cette univers qu'ils ont si bien en chaine' dans leurs dogmes depourvue d'amour que l'on appelle religions . L'homme de cette humanite doit savoir que , c'etait a cause de son egarment de la loi divine qu'il avait ouvert la porte a ces etres des dimensions inferieurs qui se font passer pour des Dieux aujourd'hui sur terre . Cependant la chanson cosmique est entrain d'atteindre une note haute et grave dans sa symphonie ou l'homme de cette terre commence petit a petit a se realiser de ces grands mensonges dans lequelle toute ses conceptions chimeriques de la vie sont bases a cela s'ajoute aussi le rapprochement du monde des Bakulu a cause de la note grave de la symphonies .
Ici nous adressons d'abord a l'homme noir qui doit ouvrir les oreilles de son ame et ecouter cette symphonie car celui qui a plus des rythmes en lui, et en suite commencer a chanter cette nouvelle chanson. Mfumu Kimbangu et Autres prophetes des cettes humanites avaient reconnu et annoncer cette periode .
Le pouvoir du son est entrain de croitre quelque soit les manigances des forces obscures qui se sont fait passer pendant longtemps pour des Dieux ou pour un Dieu unique , le pouvoir de la lumiere est en train de reganger sa force. Une grande guerre est entrain de se derrouler derriere la realite et c'est la lumiere qui est entrain de vaincre les tenebres car la lumiere c'est la symphonie universelle . La terre va regagner sa haute note musicale . l'homme de la terre va regagner sa note car il a chante' en dehors game pendant longtemps . L'amour , la fraternite et la cohession vont de nouveau reigne' sur cette terre . Mais a quelle prix!!!!!!!!
Nous devons revaloriser la musique et le rythme Africain eviter a tout prix de tomber dans l'universalism occidental de la musique et du rythme . Nous devons changer totalement notre attitude envers le son , ce que nous ecoutons est d'une importance capitale .

dimanche 12 septembre 2010

L'ANTIQIUITE DE PEUPLE KAMATIC

L'ANTIQUITE DES PEUPLES KAMATICS'



Antiquité.

Introduction à l’histoire migratoire des peuples bantous.
Avant l’ère chrétienne, les Noirs vivent essentiellement dans la partie nord et nord-est du continent africain: l’Egypte, le Soudan actuel, le nord du Tchad, l’ouest soudanais (le Darfour), le sud algérien (le Tassili, jadis verdoyant), le Zimbabwe, l’Ethiopie.L’intérieur, ouest, centre et sud sont principalement occupés par les Khoisans (jadis appelés bushmen) et les pygmées. Suite à plusieurs bouleversements sociaux, notamment le développement des européens qui à partir de 700 av.JC engagent une politique expansionniste et impérialiste, d’abord par Athènes puis Rome; la chute de l’Egypte, plus grande nation du monde durant 3000 ans et peuplée majoritairement de Noirs, qui tombe aux mains des perses en -525; la désertification de leur zone d’habitation; le réveil culturel des arabes etc… les Noirs vont enfin aller coloniser l’intérieur du continent.Les groupes d’immigrants se dirigent massivement vers l’ouest du continent. Le sud est une immense forêt équatoriale, très inhospitalière pour ces peuples agriculteurs et éleveurs. A l’ouest, autour du fleuve Niger, ils trouvent une terre fertile, des eaux poissonneuses, des forêts giboyeuses et pénétrables. Ils s’installent.Un groupe les quitte et poursuit sa migration vers le sud, en longeant la côte. Arrivé à l’orée nord-ouest de la forêt équatoriale, ce grand obstacle, et il s’installe un temps entre le sud-est du Nigeria et la région de Douala près du fleuve Vouri. Selon nombre de spécialistes, c’est là que naissent les bantous. En tant que langue, culture et phénotype physique. Nous sommes vers 350 ou 400 après JC.
A partir de 350 ap JC. La phased’influence du Kongo est la n°2
Un groupe reprend la migration à partir de ce point de chute camerounais et part vers l’est du continent, en contournant la forêt par son nord, tentant des infiltrations peu profondes dans celle-ci. Il rejoindra à l’est du continent, de petites communautés qui n’avaient jamais migré, étant restées autour de Khardofan. D’où le nom que certains chercheurs confèrent à cette population bantoue du centre-est africain, les “Bantous khardofaniens”.Le groupe le plus important se détachera de ce foyer camerounais (à cause de la surpopulation?), pour longer la forêt en son ouest, bordant l’océan Atlantique, jusqu’à s’installer sur les premières terres non envahies par cette forêt primaire: le sud du Mayombe, atteint vers 600 ou 700 après J.C. Il s’y installera, et s’organisera plus tard en Etat, le Kongo.
Des peuples en moindre nombre continueront à migrer de façon disparate peu à peu du Kongo (avant ou après sa création effective) vers toutes les directions,sauf le sud, barré par le désert du Kalahari. Des liaisons entre l’est et l’ouest du continent sont attestées. Ils s’adaptent progressivement dans les zones forestières, surtout grâce à l’introduction de la banane plantain (XVè siècle). Ils formeront les peuples Tyo (dit plus tard téké et anziques), bobangi, Mongo, Ngombe, Ngwaka et autres tels que nous les connaissons. D’autres migrations, souvent démarrées au nom du royaume du Kongo, vont aller si loin, qu’elles se couperont de la source et créeront leurs propres Etats. C’est le cas des Lulua, des Kuba, en RDC. D’autres encore tels que les Kabindé, Ngoyo, loango etc… vont créer des Etats autonomes, tout en restant vassaux volontaires ou contraints du centre névralgique Kongo. D’ailleurs, Jean Pierre Kalonji analyse le départ des luba du groupe Loango comme étant la scission entre ceux qui désiraient radicalement se séparer des Kongos en migrant très loin vers les terres nouvelles au sud-est de la forêt équatoriale, et ceux qui préféraient rester dans la fédération du Ntotila (autre nom du Kongo). La linguistique et surtout la glottochronologie nous permet de déterminer aussi que les échiras (punu, mbéti, fang) sont certainement les peuples qui se sont infiltrés dans les forêts durant la grande descente du Vouri vers le sud et l’est. Ils n’ont donc jamais fait parti du Kongo.
Ces migrations vont se poursuivre bien après l’édification du Kongo, effritant sans cesse le royaume central, jusqu’à être totalement anéanti par la pression de l’esclavagisme. Les Beembés postés aux frontières du royaume iront jusqu’au Zimbabwe. Les zoulous, armées d’élite (sans doute au sein des beembés) ne se détacheront pour aller conquérir le sud du continent que vers le XVII et (surtout) le XVIIIème siècles. Jusqu’aux XIXè siècles, des peuples cette fois-ci fuyant l’esclavage, continuent à se disséminer vers toute l’Afrique ou d’autres lieux vers les endroits les plus difficiles d’accès. La plus grande majorité des koongo du kongo actuel, migrent dans la seconde partie du XIXème siècle tout juste, en s’installant dans les terres déjà koongo (la province de Nsundi qui correspond une ligne Bokosongho-Mpangala est partie intégrante de l’Etat Kongo) ou occupées par d’autres peuples. Autant que des ngala du nord de l’actuel République Démocratique du Congo qui s’enfonceront vers le coeur de la cuvette centrale, rejoignant une autre migration venu du nord de l’Oubangui, en République Centrafricaine, toujours pour fuir les esclavagistes arabes et européens. Ils trouveront sur les terres des actuelles Likouala, Cuvettes et Sangha occidentale d’autres peuples d’eaux d’installation plus ancienne de quelques deux ou trois siècles.

*Nota:
Nous pouvons en conclure que tous les kongos sont donc une seule famille, née au Cameroun pour certains et pour d'autres une partie entant venu d'un migration en deux point cad certain descendant directement dU cameroun et pour d'autres depuis les plateaux de l'ethiopie vers le sud sous la conduite de Mbemb Zulu jusqu'au Zimbabwe , enfin traversant le desert de kalahari sous la conduite de Mama Mbangala et remontant vers le centre de l'afrique , grandie au Kongo, retrouvée au sein d’un kongo moderne. Ils sont attachés à l’ensemble des peuples des pays modernes qui leurs sont voisins, et au delà à l’Afrique toute entière. Leur histoire humaine se retrace à partir du premier homme né dans la corne de l’Afrique, et sa continuité en tant que peuple et en tant civilisation depuis des millénaires est attestée.

Bantou:
vocable d’origine kamatic qui signifie etre conscient , etre spirituelle , le soleil couchant , ATOUN qui plutard est utilise' pour desinger “les hommes (”muntu” au singulier). Il est faussement introduit en 1862 par Guillaume-Henri Bleck, linguiste allemand, pour désigner les groupes de populations noires dont la langue ou le dialecte utilise le Radical « Ba » en guise de pluriel. Ils habitaient la zone au sud du parallèle joignant Douala à la rivière Tana située au Kenya selon lui . Au delà de la langue des caractéristiques anthropologiques, anthropomorphismes et culturelles s’y sont ajoutées. D'une maniere assez correct , on a désigné par Proto-bantou, le peuple noir d’où sont issus les bantous, et qui a sa source dans la vallée du Nil.Voir Joseph Ki-Zerbo : ‘Histoire de l’Afrique noire’- édition Hâtier, Paris 1978

N’HESITEZ PAS A PROPOSER VOTRE AIDE POUR COMPLETER CE SUJET

PREHISTOIRE DU FUTUR PEUPLE KONGO

Préhistoire
PREHISTOIRE DU FUTUR PEUPLE kONGO
L’Afrique est le berceau de l’humanité. Serait-ce la raison pour laquelle les africains sont demeurés puérils comme le disent certains? Plus sérieusement, cela signifie que tous les humains viennent d’Afrique, descendant d’un gène unique. Sachant que le climat qui a permis la naissance de l’homme est proche de celui que nous avons actuellement, l’homme a été armé des atouts pigmentaires, pileux et morphologiques proches des nègres équatoriaux actuels, pour survivre dans cet environnement . Les premiers hommes étaient donc Noirs cela depuis l’homo faber jusqu’à l’homo sapiens sapiens que l’on peut appeler “le NEGRO sapiens sapiens”. Ce nègre qui a peuplé la planète est appelé homme de Grimaldi lorsqu'il arrive en Europe, puis homme de Chancelade en Asie.
L'ancêtre nègre n’est pas resté à l’état végétatif comme le veut la légende. C’est bien d’Afrique que viennent les plus anciennes représentations animales, peintures et armes sophistiquées telles que les harpons barbelés. C’est en Afrique qu’est inventée l’agriculture conduisant aux premières sociétés humaines sédentarisées, il y'a 10.000 ans. C'est entre 8000 et 6000 av JC que s'est épanouie, selon J.E. Sutton, une civilisation révélée par de nombreux sites archéologiques, caractérisée par une grande consommation de poissons et de mollusques et qui occupe une aire immense : hauts plateaux du sud du Kenya et du nord de la Tanzanie, Rift Valley, Nil moyen, Tchad, Haut-Niger, hautes terres du Sahara. Nos ancêtres du Congo en font partie et nous sommes comptables de cette histoire. Les populations noires couvraient le Sahara jusqu'aux côtes de la Méditerranée comme le prouvent les “Capsiens négroïdes” de Tunisie, les gravures rupestres du Tassili (Sud algérien dans le Sahara). Vers 8000 av JC les outils polis commencent à apparaître dans le Nachikoufien, en Zambie septentrionale. La céramique est attestée vers 7500 av JC dans le massif de l'Aïr. A quelques infiltrations près, datant de la fin du IVe millénaire et plus sûrement du début du IIIe, les leucodermes (c'est à dire les blancs) étaient absents en Égypte et le resteront pratiquement jusqu’à – 1300, époque des grandes invasions des Peuples de la mer sous la XIXe dynastie.

Les Egyptiens antiques étaient bantous.
Le tableau générique des races représentées dans le tombeau de Ramsès III (XIIe siècle avant J.-C.), montre que les Égyptiens se percevaient comme des nègres ethniques identiques aux nubiens, leurs ancêtres. Les bas-relief du tombeau d'Ousireï 1er en Egyptpe datant du XVIè siècle av JC et découvert par Champolion aux temps modernes (voir image ci dessus) démontrent comment se percevaient les égyptiens et percevaient-ils les autres peuples. Ces Egyptiens sont noirs de peaux avec des cheveux crépus, et se vêtissaient de peaux de panthère, l'emblême même de la plupart des peuples de l'Afrique centrale et du Congo d'où leurs ancêtres étaient originaires. De cette histoire les congolais peuvent s'estimer partie prenante et en être le témoignage, par la survivance de nos langues par exemple, qui sont très proches de celles des Egyptiens anciens.
L'Afrique centrale est alors presque vide de peuplement humains, à cause de l'inhospitalité de la forêt; les rares qui s'en sont aventurés, remontent vers le nord par le Nil. Ceux qui sont restés, ce sont les pygmées et probablement un autre peuple qui a disparu (en effet, un peuple ayant connu la métallurgie au début de l'ère chrétienne y a vécu. Or les pygmée ne la connaissent pas et les bantous sont de migration tardive).

La linguistique nous rattache
Les “Garamantes” étaient un peuple noir, nous apprend Hérodote le fondateur de la science historique européenne. Ce peuple occupait majoritairement l’île de Crète en Grèce, plusieurs siècles avant notre ère jusqu'à être vu par Hérodote qui vécut au IVè siècle avant JC.
Garamante vient de deux mots forts intéressants. « Gara » signifie charbon dans plusieurs langues d’Afrique autour du lac Tchad. ; « Mante » se décline en « muntu » dans les langues de la même zone, et signifie « homme ». Garamantes signifie littéralement homme-charbon, c'est-à-dire Nègre. En lari, on aurait dit Kala-muntu.
Cet exemple démontre non seulement que l'identité linguistique (donc culturelle) congolaise remonte à plusieurs millénaires en arrière, mais qu'en plus, son expansion et son influence ont traversé les continents.
Gara, ou Kala ou Kama, pour y revenir, découle de la racine kam ou Cham (le fameux fils noir de Noé) et constitue la racine principale pour désigner le brûler, la noirceur ou le charbon, bref le noir profond dans les langues négro-africaines. Il se décline en Kem, khem, kami, kali, kala, gara, gala etc… en suffixe, préfixe ou mot complet. En langue égyptienne Kami signifiait littéralement noir. D’autre part nous savons vu que les égyptiens s’appelaient eux-mêmes Kamit qui signifie les noirs.
KéMatou signifie « complètement brûlé » en Mandjakou, KaMa signifie « noir » en Copte, iKaMa signifie « noirci » en Mbochi (Kongo septentrional), KaMi signifie « brûlé » en Bambara (Mali). KéMi signifie « brûlé » en Mandjakou, KeM signifie « brûlé » en Wolof, KiM signifie « brûlé » en Mossi, KeMbou signifie « charbon » en Pular, KeMpou signifie « noir » en Vaï (Sierra Leone). En langues kongos et apparentées KaLa signifie le charbon. En hébreu comme en arabe le mot « qalah » signifie grillé ou brûlé. En Tamoul le même mot signifie « noir » et une déesse noire très vénérée chez les mélanodermes d’Asie du sud-est se nomme « Kali », et elle est dite « la noire », représentée avec la peau très foncée. Le coeur même de cette civilisation est “Calcutta”, nommé ainsi par déformation linguistique du colonisateur anglais, et rebaptisé depuis peu Kalikata, plus conforme à la diction locale et à son sens historique. Or Kalikata vient du mot Kali (noir) dont nous avons suffisamment exposé le sens, et Kata, rendu en dravidien par ville. En Kongo, et en lari, n'kata signifie le siège, le lieu ou se rencontre et se repose une institution. En Afrique du sud, un célèbre parti négro-africain créé par Buthelezi dans les années 1970 se nomme Linkata, qui se traduit par “le Congrès”. En lingala, le mot likita signifie “congrès, assise”. Le lari a pris de N'kata le sens du mot Ghata (avec un g si aspiré qu'il est à la limite du r et du k ou du h fortement aspiré) pour signifier village. Ainsi, Kalikata signifie littéralement, la ville des noires. Même traduction que chez les dravidiens, ces noirs aux cheveux lisses du sud-est indien qui ont ainsi nommé leur capitale, par distinction sans doute avec le reste de l'Inde acquis aux aryens.
Remarque: il faut faire attention à l'européanisation des noms des sites car elle nous coupe des racines originelles des mots, donc du sens et la liaison avec une partie du monde. C'est ainsi que le Gange célèbre fleuve indien se dit localement Ganga, et quand on sait que les autochtones lui accordent des vertus magiques, guérissantes, protectrices, on a vite compris le lien avec notre nganga. .
Les BanGala sont une des composantes principales du Kongo et ils habitent les terres inondées de la forêt équatoriale. Très facilement, des chercheurs dénigrant leur prête une histoire récente et simple. Et pourtant. Le Bengale est habité primitivement par des Noirs dravidiens avant l’arrivée des aryens. Ce pays est établis sur les terres plus inondées du monde (le Bangladesh notamment), et il tire son nom de la même racine. Le professeur Homburger dans les années 1930 en trace une ligne d'évolution linguistique entre les langues dravidiennes et le peul qui semble être leur ancêtre. Ce tracé part des rives du fleuve Niger domaine des peuls, passe par la forêt équatoriale chez nos Ngala, et se poursuit vers la Somalie. Des conquérants Ngala ont sans doute suivit ce ce chemin jusqu'aux côtes orientales d'Afrique (voir carte migratoire dans l'onglet “Antiquité”), ont pris des barques pour rejoindre la péninsule indienne, se retrouvant sur des terres ressemblant aux leurs qu'ils ont rebaptisé et colonisé. Pour l'heure c'est l'hypothèse la plus probable.
Ce petit résumé rend compte des pistes et des découvertes de l'histoire du Kongo et des Kongolais qui se révèle plus riche que celle de notre colonisateur. Trop peu de personnes s'y consacrent, convaincus par la négation coloniale qui sévit encore, qu'il n'y aurait qu'un trou noir avant “les lumières apportées par le blanc”.
Nota: L’anthropologie européenne établie que sont Noirs sans être nègres : les Berbères/Kabyles, les anciens Égyptiens, les Pygmées; les Khoisans, les indiens-dravidiens, les Éthiopiens (une partie des contemporains), les Somaliens, les Australiens. Nègres ne se dit que pour les Noirs au Sud du Sahara ainsi que leur cousins déportés aux Amériques.

PREHISTOIRE DU TERRITOIRE DU KONGO ACTUEL:
L'archéologie
Extrait d'un rapport archéologique sur la céramique au Congo:
En effet, au Kongo Dia fua (Brazzaville), nos recherches sporadiques en archéologie nous ont permis jusqu'à ce jour d'identifier plusieurs sites archéologiques d'habitats ruraux. Les sondages de ces sites révèlent incontestablement la présence d'une céramique ancienne. Déjà des principaux sites riches en céramiques anciennes ont été repérés ici et là dans tout le Kongo, parmi les sites qui traduisent la présence d'un peuple sédentaire, nous relevons :au Bas-Kouilou particulièrement à Tchissanga en allant vers le Gabon un site riche en céramique datée 4e S. av. J.C. découvert par Denbow en 1990;dans les régions de la Sangha et de la Ngoko, Eggert et de Maret y ont localisé des sites riches en céramiques. Dans la même région en allant au Cameroun sur l'axe du fleuve Ngoko et en passant par Tala-Tala, Mokoundou-Yokadouma jusqu'à Yaoude, nous avons localisé à Tala-Tala, à Zengouaga puis à Bolozo au bord de la Sangha, des sites riches en céramique.le long de la Likouala aux herbes, et de l'Oubangui, nous avons aussi identifié en 1995, une céramique ancienne sur les sites de Djemba Rivière et de Mabongo;le long du fleuve Kongo au Nord de Brazzaville particulièrement à Makotipoko, la céramique Moye a été identifiée par l'anthropologue Delobeau, le Professeur Ndinga-Mbo puis par Pinçon;
dans les zones de la rivière Lifoula, plusieurs tessons de céramique ancienne d'allure Téké ont été identifiés (Pinçon 1984; Mpika 1986). Autour de Brazzaville, des sites archéologiques ont été localisés. Les fouilles systématiques de l'Orstom ont permis de découvrir des céramiques anciennes à un niveau situé au-dessus de l'alios. Ils ont été découverts en 1982 par Lanfranchi et une équipe d'étudiants archéologues dont Charles Louzolo et moi. L'ouverture de la route de la corniche de Brazzaville nous a permis de localiser des fosses dépotoirs. Les objets archéologiques qui proviennent de1 Il s'agit des sites archéologiques identifiées par le Professeur Pierre de MARET, cf. la communication personnelle dans la salle des conférences de l'hôtel Méridien à Brazzaville.
Ces fosses dépotoirs sont riches en poteries traditionnelles à patte blanche, avec des parois incisées aux arrêtes de poissons. La colline case De Gaulle entaillée par les bulldozers qui prenaient la terre pour le remblayage et le terrassement de la route de la corniche avait favorisé la collecte d'environ 620 tessons de poteries anciennes et du matériel lithique. Le matériel lithique issu aux endroits du ravin de la glacière était composé des éclats de débitage, des bifaces lancéolés et foliacés, puis des galets (non et) aménagés. La matière première provenait sans nulle doute au niveau de la stone-line qui se situe à moins six (-6) mètres du niveau supérieur de la terre arable. La structure de ce matériel lithique issue de la stone line est constituée de grès polymorphe et de quartz. Ainsi la colline Case De Gaulle riche en matériel archéologique nécessiterait un suivi en procédant à des fouilles systématiques en archéologie.Les sites anthropiques de Bitala situé entre Ngoma Tsé Tsé et Mabaya, le site de Ndjiri situé au Nord de Brazzaville, le site de la grotte de la marmite téké situé au Nord de la rivière Loa, à 1,50 kilomètre de Ngouedi, les sites de Diosso et Loango, de Kakamoueka, ont mis au jour des tessons de poteries de diverses origines ethniques. Aucune fouille archéologique systématique n'a été faite dans cette zone.Les coupes stratigraphiques que nous avons obtenues sur les sondages archéologiques ont retenu notre attention dans les phénomènes de cohabitations Kongo-Téké et des populations environnantes. Dans certains cas, on trouve par exemple, une superposition de la céramique Oubangienne des Bomitaba avec celle des Moyes, et des Téké avec celle des Kongo dans les sites de Bitala, puis de Ndjili par exemple.
(…) Ces réflexions permettent d'émettre à l'hypothèse d'une cohabitation entre les Kongo et les Vili, les Teke et les Kongo. Enfin, la présence des céramiques européennes sur les sites de Pointe-Noire traduisent sans nulle doute le brassage Kongo/Congolais avec le monde européen. Les fouilles archéologiques systématiques envisagées sur les différents sites anthropiques découverts contribueraient davantage à notre réflexion sur les facteurs d'identification, de sédentarisation et d'unité culturelle des populations Kongo-Congolaises.
Du Nord au Sud du pays, on a identifié plusieurs centres de fabrications de poteries traditionnelles où l'on utilise les colombins. Les centres de production des céramiques identifiés sont les suivants (du Nord au Sud):
- Enyélé, Mabongo, Epena pour la céramique Oubanguienne.
- Makotipoko pour la céramique Moye.
- Kinkélé, Ingoumina pour la céramique Téké.
- Ntombo-Manyanga, Masséssé, Foota, Panga Yengola, Ngouédi-Seka, Kinguembo, Nganda Mbinda, pour la céramique Kongo et Sundi.
- Kibangou pour la céramique Kuny.
- Mpandi-Bissa pour la céramique Bembé.
- Loyo pour la céramique Ombamba.
La suite ici.
Vous trouverez sur ce lien une très riche bibliographie sur l'archéologie au Congo.

N'HESITEZ PAS A PROPOSER VOTRE AIDE POUR COMPLETER CE SUJET
TEXTE BRUT
Schématiquement, les structures géopolitiques pré-coloniales congolaises peuvent se simplifier en deux catégories: les sociétés sans État, fondées sur des chefferies qui sont autant de micro-nations que des conditions géographiques et démographiques difficiles ont maintenues dans un relatif isolement, ceci dans la moitié Nord du pays, terres Mboshi, Makaa etc; les sociétés à État organisé, dans la moitié Sud, autour de trois pôles essentiels: l'État Teke, fondé peut-être dès le XIII°s, la province Nord de l'ancien empire Kongo, ou province de Nsundi, et sur la côte le très vieux royaume de Loango des Vili, centré sur sa capitale, Bwali, prés des gorges de Diosso. Il faut souligner que des vestiges, ténus certes, mais assez nombreux, attestent de cultures assez avancées sur l'actuel territoire congolais, bien avant ces États que nous connaissons: poteries, vestiges de fours à métaux, de grands travaux (tunnel sous le Mt Albert prés de Mouyondzi…)remontent avant le XIII°s, parfois avant l'an Mille.

mercredi 8 septembre 2010

L'ETRE SUPREME CHEZ LES PEUPLES NOIRS








L'ÊTRE SUPREME CHEZ LES PEUPLES KAMIT (NOIR) .


L'homme noir , le père de la civilisation actuelle , la race qui a donne' la matiere première pour la fabrication des autres races , étant l'ancien des temps de cette humanité; devrait etre aussi celui qui devrait avoir beaucoup a dire sur la de la  question notion de l'etre supérieur . Bien que cela n'a toujours pas été le cas  alors que  ce qui devrait l'etre la logique la plus simple , partant du fait meme que c'est lui qui devrait avoir expérimente' de premiere main la création de la terre et par conséquence s'etre pose' la question fondamentale de l'existence ! Qui sommme nous ? et qui nous a mis ici bas ou comment sont nous arrives ici bas  ? et surtout pourquoi ? Il ne peut en etre autrement...
Cependant cet aspect des faits a toujours semble' etre ignorer par les Kamites  eux meme  .  Malheureusement que les fils de Katiopa de nos jours  se releguent  au dernier plans et laissent les autres repondre pour eux a ces questions pertinents .

En rédigeant cet article mon intention première et véritable etait plus de parler des 42 confessions négatives des nos ancestres , de la Maat ou Maa (Mwadi , la grande dame de la cour dans un marriage poligamique, la gardienne de la loi et de l'ordre dans cette cour) . Mais cependant je me suis dit que je ne pouvais pas parler de cet aspect des choses sans pour autant prendre un peu de temps de s'arreter  et  parler de la notion ou de la compréhension originale de l'etre supreme chez les fils de Katiopa cad les Kamites ( africains) selon leur  sagesse ancestrale . Ceci est très important pour arriver a faire asseoir toutes ces notions .
Cette question qui est d'une  très grande importance et dont  je ne peux me permettre le  kilo de pouvoir donner une réponse dite facile , absolue , simple  et totale car la réponse  de telle envergure  en cette matière est tres difficile a trouver ou meme  impossible a produire  . Je peux cependant faire un essaie d' approche  compréhensible  moin sophistiquee'  de cette grande question toute en  laissant  la porte grandement ouverte , une grande  avenue a quiconque de pouvoir venir enrichir cet effort ou meme contredire  tout les conceptes qui seront debatu ici.
 La notion de l'etre supreme est une de notion la plus difficile   a  approcher   de nos jour avec le paradigme de kamite car la systematisation imperialistique   de la comprehension  en cette matiere par la vision occidentale  ou arabe a laquelle sont habitues les africains  a joue' un role  tres important pour les imposes par la force .  Ce dernier a cree' un tunel de corruption mental  conscient  ou inconscient qui  engendre la negation de la faculte' pensant et culturel  de l'homme .  De ce fait ,il eloigne de tres loin   tout chercheur de la vison originale de la narration  africaine en cette matiere   et exacerbe la vison populaire  et populiste de l'occident ou de l'orient  . Soyons sincere pour nous poser la simple question de savoir si reellement nos ancetres voyaient ils  le monde en terme de l'oeuvre d'un etre supreme ou inferieur ?  Un grand  Savant ou magicien aux prouesses inimaginables  qui par des procedes non expiques , compliques  mais cohesifs auraient cree le monde et impose' un destin imperatif et arbitrairement a toute vie en son sien !!!
La notion de l'etre etant elle meme une sophestication philosophique des penseur de l'occident en commencant par Platon jusqu'a  Martin heidegger le consessus de la definition de cette notion n'est pas vraiment tire' au claire . c'est la vielle question de l'etranger dans le sophisme de Planton  qui dit a peu pres ceci :" nous savons tous ce que designe l'etre mais lorsque  l'on nous le demande  , nous ne le savons plus". Ceci est la raison pour laquelle je vais  me rabattre sur le connaissance de kamet pour faire resortir une difference dans la comprehension de la notion de l'etre supreme et du supreme .
 L'etre est vue ici comme la manifestation individualise' de l'essence sorti   du supreme ( qui est le tout en existance ) en prenant une destine' et un devenir mais a l'interieur du supreme . Cette Etre peut representer la manifestation ideal de ce qu'il exprime,  tout ce qui ce defini comme sa projection  reconnaitra en cette realite le  point sublime a  atteindre dans sa maturation  . 
  
Le supreme dans la sagesse africaine est considéré' comme la réalité absolue, l'énergie primordiale qui est le tout et anime le tout , la lumière des lumières , le vrai soleil geniteur du tout et etant le tout a la fois .... Ceci veut dire que toutes réalités : l'existence et la non existence, la matiere et l'antimatiere , le visible et l'invisible sont  que l'un des aspects ou des expressions de cette realite  supreme . C'est le   Noun, Nzambi, Nyambi , Njambi, Nambi,    etc.... tous ses aspect sont tous un parce que " le suprême lui meme est un ( moyi, mosi , moyo , moja ....) .  Quand  nous prenons par example le mot Nzambi donc la racine premiere est tiree du mot wa  Zambila kana  en kikongo , zambalala  en kishwahili ou du mot NZambala en lingala ( langue faisant partir des langue dite " bantu" et parler au Kongo democratique), nous nous realisons que ces mot expliquent mieux ceque les anciens  avaient realise' comme entendement du cosmos  et avaient cristalise'  dans des mots  simples .  Le mot wa zambila kana donc zambila veut dire ce qui se repend et kana  qui veut dire dans ce contexte  ce qui ne fait que cas  d'ou wazambila kana  veut dire cequi ne fait que ce rependre et rempli et est le tout . Le mot shwahili  Zambalala vient aussi ajouter beaucoup de tonus a cette argumentation car il veut dire se remprendre partout . Et pour finir le mot NZambala  est une sorte de robe qui couvre tout le corps  cad ce qui se repend et couvre tout. 
L'argumentation selon le paradigme de katiopa est claire que la notion de Nzambi est plus proche  de la comprehension du supreme cad "qui est partout et qui est le tout " et non est pas un etre induvidualiser a cotes des autres etres inferieurs ou egaux  qui a cree' ou pas . 
 Il n'ya qu'une seule energie consciente qui couvre toute la création  et qui est toute la creation .  Par conséquent cette energie   rend toutes choses porteuse de la conscience divine , qu'elles soient a nos yeux animees ou non animees .  Cette energie  c'est le mouvement  qui est expression de la vie meme  , bref Toute vie  est consciente  !!car la vie c'est la regle de l'existance , la mort son illusion et l'abscence de vie son impossibilite'  . C'est seulement  aspect jumeau de cette energie qui fait que la matiere est l'espace soit un et une seule realite dans le  Nzambi , Noun  ou La.
Cette derniere est le manifeste' et a la foi le non manifeste' , elle est le tout dans sa nature premiere et primordiale . Cependant elle peut etre aussi une individualité' dans une seule expression qui est appelle par example Nvidye mukulu , efile mukule , txito, kalunga , akongo  ect...Pour la tradition de katiopa  et Chrishina, vishnu , shir dourga ,Yaveh, allah,  himistu kongo etc..pour les traditions des autres peuples   . 
Car lorsque l'énergie de la source premiere s'individualise elle devient une pluralite' sans pour autant etre différente d'essence signulariste  et participer a l'existence de cette dernière . Nzambi, Ra , est un et multiple a la fois .....

Cela ne fait pas de Nzambi, Ra , deux , trois ou quatre mais une seule energie  de qui  decoule expression multiple  comme canaux energetiques d'expressions conformement au taux vibratoire multiples en experimentation .

Ainsi  amour supreme par exemple , la propension de donner et se donner, a  etre lie a , de faire extendre son energie a l'autre qui est une pluralite de  singularité' . Il prend un nom et une personalite' reconnu par la pensee' de katiopa  par example sous multiple nom  : Akongo, Onyia Shongo , Onya Nkopon ect.. (est en ce moment il devient un  etre actif de part entiere dans la grande matrice qui est le  Nzambi.) (1).   Cette meme energie se cristallise comme une individualité  reconnu dans beaucoup des nos traditions comme Ne Bumba , Bumba lowa , bumba chembe , Pemba ,chuku,chikene , jok .... un  En ce moment ,elle devient un etre de part entiere different de Akongo par example acause de sa destine' d'individualisation mais a  l'interieur de Nzambe  dont elle est formee' energetiquement  .IL en va de meme  pour les divinite d'autre contexte culturel , vishnu  dans la tradition Hindu .
Ces énergies individualisées comme fils de l'énergie premiere deviennent réellement des fils de Nzambi ou d'autres expression de Nzambi mais dans le Nzambi.
 Rendre un culte particulier a ces divinités ne contredit en rien l'essence premiere mono energetique  absolu de la pensée Kamit cad la sagesse des nos ancetres. Ici nous voulons tirer l'attention des nos lecteurs que dans toutes les langues Africaines la compréhension de l'etre suprêmes comme le manifeste' premier dans son sens extensif cad le manifeste' du visible et de l'invisible , de la matiere et de l'anti matiere  est connue sur le nom de Nza avec les différentes variantes dialectales actuelle qui vont de Nya, Ndja , Na , Nzia ,.... comme dit un peu plus haut .

Dont voici quelques exemples :

langues et l'appelation du supreme 

Ewondo - Zambe

Bassa - Nyambe

Douala - Nyambe , Njambe

Ashanti - Nyame

Nyene - Nzambi

Dahomey -Zwane

Guinee - Yame

Lingala -Nzambe ,Nzakomba

Ngombe - Ndjambi

Tshiluba - Nzambi

Mindasa - Nzambi

Kama - Ra.

kahonde - Le Za

Madagascan- Zanahary

Nous voulons aussi dire ici que comme la realite' supreme selon la sagesse  de Katiopa  dans son sens strict ne peut pas vraiment avoir un nom. En effet  connaitre le nom de quelqu'un se connaitre sa nature , son origine et son devenir . Mais il est impossible a l'homme de pouvoir decrit tout dans cas de la realite  supreme qui est  le cosmos dans tout ses dimensions  cad qui est le tout .  C'est pourquoi l'approche a la comprehension du supreme passe par la reconnaissance des qualites que l'homme reconnais de lui atttravers sa creation et ses creatures mieux ses differentes expressions. Nous pouvons citer son amour , sa puissance , sa misericorde, sa justice , sa pourvoyance , sa sagesse, sa bonte, etc...
NB : Dans la sagesse Africaine la bonte du supreme est sa reconaissance supreme , il est le tout bon.

d'ou les noms suivants :

Akongo , shongo , shango pour l' amour infinie, son omnipresence en expression .

Mbumba ,Mmba lowa , Mbuma Chembe, pemba ,chikene,chuku pour la  puissance creatrice  , omnipotence ( MPUNGU)

Mungu, Amoun, Amon, Mpungu , Mulungu , Milengi, pour la loi  justice et l'ordre aussi l' aspet de cacher  et incomesurable du tout  .
Ruhanga  ou Lulanga pour sa providence d'ancetre eponyme  ,sa plenitude , sa fertilité.
Ifa , Ife pour la pour-voyance de cet ancetre .
Imana pour le role du manifeste' de l'energie cosmique. La mere cosmique
Ndagijimana pour le protecteur des biens .
Kang , Chang, ou thora les createur d'autres divinités.
Katonda pour celui qui rempli tout , le créateur.
Khonvum pour l’éternel.
Olorum pour le maître.
Milo, Tilo pour la lumièrela lumiere d'un monde
Tohwiyo pour le fondateur.
Nvidye Mukulu ou Mukuru, leve pour le plus grand , le seule.
Utixo pour le bien faiteur.
Ratovoantany pour l'autocree' ou l'auto manifeste'.

Ceci bien sur selon les differentes variantes dialectale de la langue Kama.

La connaissance du supreme comme etant l'energie premiere qui manifeste tout, avait cree une neccessite' a la sagesse africaine de developper la voie initiatique . la voie qui va de la connaissance de la nature profonde qui vie en soit et qui est le soit , a celle de l'union avec cette energie premiere et eternelle mais plus sa manipulation pour le bien de la communaute , de la societe et de soit . 
C'est a ce niveau que nous allons nous empresser de parler des 42 confessions negatives qu'avaient enseigne' et pratique' nos encetres depuis des millenaires , des milliers d'annees avant le dix commendement judeochretiens et autre traditions.
Mais avant cela , Voyons un peut le concept initiation .
Dans la societe moderne gouvernee' pas la supertition des religions importees qui enseignent  a fuire de loin le jacko en nous faisant croire que ce dernier est un caiman . Ces religions   importees  ont une seule mission d'etre des instruments de domination et de l'emprisonement de la sagesse de Katiopa ( Afrique ) , une furie a toujours ete volontairement entretenue pour enmener les Africains a rejeter toutes leurs valeurs au nom dune  peur  mal definie appele' la  sorcelerie  qui de plairait  fortement aux Dieux de ces religions  . D'ou le concept initiation trouve aussi une approche tres derrogative qui fait de lui l'equivalent du pacte avec le diable , Satan , bref pact avec le mal . Ceci est totalement faux . Le vrai sens de l'initiation , c'est l'apprentissage  , le marriage , la relation amoureuse avec l'universe qui est un cosmos . Pour se lancer dans l'aventure de l'existance  ,  le pelerinage de la vie , Il etait d'entemps imperatif de connaitre les paneaux directeurs qui menent vers des lieux tres haut et cela ne pouvait  se faire autrement qu'autravers d'une  serie initiation ou le disciple devrait apprendre de la part de son(ses) maitres  Nabi ,Ngunza, Mufumu , Zebola ,Isanusi, Sangoma  la sagesse de  la vie et de l'univers  qui est un cosmos  ...., Ceci qui devrait faire de lui un homme  veritable et aiguise' ( un muntu)et pret pour ce grand pelerinage qui est la vie elle meme . D'ailleur le cycle initiatiques  dans la tradition imperturbee' de katiopa commencait avant la naissance de l'enfant  ou  dans la plus part des cas , les parents devraient consulter les oracles pour connaitre la personne qui revenait afin de l'aider a commencer directement l'apprentissage aupres d'un maitre pour ne pas perdre le temps de l'ame qui se reincarnait  dans l'etat de la folie de la recherche solitaire et penible de soit sur la voie de l'illumination.
L'initiation africaine etait un phenomene normale ou le disciple apprenait la maitrise des lois de la vie cad la Maat (mwadi cad la grand dame de la court) . Ainsi le prophete Merikare de kamet enseignait en ce terme :" Dis la maat cad la sagesse des tes ancestres , pratique la maat car elle est grande , elle est efficace , elle dure et sa puissance est prouvee' , elle conduit a l'etat d'imakhou ( Imukulu)  cad l'homme parfait , l'homme mature ."
La maat a pour objectif , d'aider a developper le respect de soit et de l'autre , c'est l'equilibre , la verite' , l'amour en opposer au Isefet (kisefe , kifuebe, Kadia Mpemba .... ) qui est le mensonge , la misere , le desordre , la disarmonie , la mort.  D'ou ont comprendra aisement pourquoi l'etre egregore KIFUEBE etait le synonyme de la mort ,d'un malheur.
Donc selon la maat le disciple devrait connaitre les 42 confessions negatives parceque , lorsqu'il aura a faire face aux juges de l'eternite qu'il puis les avoir dans sa bouche et le confesser .
La notion d'apres la mort  et du jugment devant la cours de OUSIRE ( WA NDJEI ou NZEE)  le souveraint royal divin est purement d'essence Africain . La tradition de la confession par la parole demeure largement dans la pensee de tout les fils de Katiopa (africains) en terme qu'avant d'user la puissance de la parole ,il ya toujours cette tendence de commencer par reciter ce qu'on a comme valeur spirituelle ou confesser les comportement negatif que l'on a vaincu. C'est  la pratique de LUSANSU chez le Luba du kongo ou  KOSAKA chez les Bangala du kongo  qui sont toujours  pratiquer  partout en Afrique.


VOICI LES 42 COMENDEMENTS DE NOS ANCESTRE.


1.JE N'AI PAS PORTE DES FAUX TÉMOIGNAGES.
2. JE N'AI PAS VOLER
3. JE N'AI PAS ETE UN AVARS
4. JE N'AI PAS AGI EN TERME D'APAUVRIR MES FRÈRES.
5. JE N'AI PAS CONNIS DE MAL CONTRE MON PROCHAIN.
6. JE N'AI PAS USE MES TRAVAILLEURS PAR UN TRAVAIL DURE .
7.J'AI REPECTE LA LOI DES MES ANCÊTRES.
8. JE N'AI PAS POUSSER LES TRAVILLEURS DE MON FRERE A LA RÉVOLTE .
9JE NE PAS FAIT SOUFFRIRE LES HOMMES .
10.JE N'AI PAS FAIT MOURRIR QUELQU'UN DE FAIM.
11. JE N'AI PAS CAUSE DES PLEURES.
12.JE N'AI PAS TUE.
13. JE N'AI PAS LIVRE INJUSTEMENT QUELQU'UN A LA MORT.
14.JE N'AI PAS TERRORISE LES HOMMES .
15.JE N'AI PAS BLESSE QUELQU'UN.
16. JE N'AI PAS ETE NERVEUX.
17. JE N'AI PAS USURPE L'ARGENT DE L'OFFRANDE.
18. JE N'AI PAS USURPE LES BIENS SACRES DE L'EGLISE .
19.JE N'AI PAS COMMIS D'ADULTER.
20.JE N'AI PAS COMMIS D'ACTES D’HOMOSEXUALITÉ.
21. JE N'AI PAS ETE UN PERVER SEXUEL.
22.JE N'AI PAS TRICHE LA MESURE DE LA BALANCE .
23. JE N'AI PAS CHANGE LA MESURE DE PLOMB DE LA BALANCE .
24.JE N'AI PAS ETE AVARD AVEC MON TEMPS , J'AI TOUJOURS EU DU TEMPS POUR LES AUTRES .
25. JE N'AI PAS CHASSE INJUSTEMENT LES ANIMAUX SUR LEURS PÂTURAGES.
26. JE N'AI PAS CHASSE LES OISEAUX DANS LEURS NIDS.
27. JE NE PAS DEVIE LA CRUE D'EAU PENDANT LA SAISSON DE PLUIE .
28 . JE N'AI PAS ABUSE OU POLLUER LES EAUX.
29. JE N'AI PAS BRULE SANS RAISON LA FORET ET LA BROUSSE.
30. JE N'AI PAS ABANDONNE LES MIENS.
31. JE N'AI PAS TERRORISE LE MIENS.
32. JE N'AI PAS ETE UN CALOMINIEUR.
33 . JE N'AI PAS ETE BAVARD OU TROUBLE FAITE DANS LA SOCIÉTÉ .
34.JE N'AI PAS ETE VANTARD
35.JE N'AI PAS ACCUMULLER BEAUCOUP D'ARGENTS APART MA MAISON.
36. JE N'AI PAS OUTRAGE OU INSULTE LES DIEUX ET LES ANCÊTRES .
37.JE N'AI PAS FAIT LA SOURD D'OREILLE AUX PAROLES DES SAGESSES.
38. JE N'AI PAS ETE UN ESCORT.
39.JE N'AI ABUSER LE TEMPS DE CARÊME.
40.JE N'AI PAS OUTRAGE LA TERRE.
41. JE N'AI PAS USE DE LA SORCELLERIE MALFAISANTE.
42.JE N'AI PAS ETE MÉCHANT.

JE SUIS PURE ,PURE,PURE . MA PURETE EST CELLE DU PHEONICS (NKANGA OU KINYIA  ) D'EKIPATA PARCEQUE JE SUIS LES NARINES PAR LES QUELLES LES GENIES DES AIRS (BISIMBI BIA MOPEPE) DONNE LA VIE AUX FILS D'EKIPATA AU JOUR SACRE DU DEUXIEME MOIS DE LA SAISON SECHE DES GENIES DE LA TERRE ( BISIMI BIA NTONTO) DONT JE SUIS TEMOIN. C'EST POUR CELA RIEN DE MAL NE PEUT N'ATTEINDRE SUR CETTE TERRE PARCEQUE JE CONNAIS LE NOM DES DIEUX (BAKULU), NOS ANCETRES (BAKOKO) ET LE NOM DE DIEU LE CREATEUR RA,  .

LINGALA

NAZALI , PETO ,PETO, PETO .
BOPETO NA NGAI EZALI YA NKANGA YA EKIPATA ( NKONDO BILENGIE ) NA TINA ETE BOPEMI NA NGAI  EZALI NZELA YA EPESAMELI YA BOMOYI YA NGIDI- NGIDI ( MBIRI - MBIRI) NA BANA BAKONGO NA TANGU YA MIBALE  YA NZA , OYO NGAI MOKO NAZALI KIMONA MESU MPE KO TATOLA  . TINA  MABE ATA LIKO TE EZALA EHUTI ESIKA WAPI TO ESIKA YA MOTO NANI  EKOKI KOKOMELA NGAI  TE .
 PAMBA TE  NA YEBI KOMBO YA BAKULU NA  NGAI .
PAMBA TE  NAYEBI KOMBO YA BAKOKO MPE YA  MOKELI.

INGETA



LEGENDE

(1) Les differentes appelations donnees ci-haut sont  selon les différentes variantes dialectales de la langue Kama cad l'ancienne langue egyptienne ( Pharaonique) tel que devenu aujourd'hui dans nos langues Africaines cad , le kikongo ,le fan , le walof, Doualla, peule, swahili,lingala, zulu, shiluba , ,le kinyarwanda, kahonde, shona , tsonga ect...
Dans son expression comme la puissance créatrice ( qui fait grandir , qui anime ) ,





















lundi 12 juillet 2010

LE PARADIGME AFRICAIN .

LE PARADIGME AFRICAIN .



A la croisée de chemin ou l'africain se trouve aujourd'hui , ne comprenant pas peut être vraiment ce qu'est arrive' a son monde , sa société ni son être. Ou bien le comprenant mais étant about des solutions pour transformer son malheur en bonheur . Le paradoxe tel que:" la seule chose a la quelle les Africains peuvent se mettre d'accord , tel nous sommes habituer de l'entendre ,cad celle de se mettre d'accord de ne pas s'entendre", crée' la nécessité' de pourvoir s'arrêter et faire une introspection pour savoir qu'est qui ne va pas réellement . De même , la question de savoir qu'es ce qui se passe réellement ? devient aussi une nécessité inévitable,ceci bien sure si l'on a encore le soucie de ce que fut ce grand peuple a une origine mystérieuse et une histoire très riche, qu'est cet homme noir ,cet Africain !
Tout peuple sérieux et responsable se définit par la façons dont il pose ses propres paradigmes, sa lectures de son monde et de tout ce qui se passe en son seins . Ces paradigmes , cette façon de question ,voir et comprendre doit être le fruit de l'activité de l'âme de ce peuple et non une copie de ce que un autre peuple lui demanderait de faire ou lui dicterait a faire . La question que l'homme , la société se pose lorsqu'elle ouvre les yeux et de couvre l'existante de l 'autre qui est son environnement , son monde est une et unique et dépend du point ou l'observateur se trouve cad sa culture . Et ce n'est que la réponse sérieuse a cette question qui peut donner un sens a l'existence , a cet homme, cette société ou ce peuple .
Aujourd'hui beaucoup des penseurs comme Mbuta Obenga , Mbuta bwa bong posent a l'africain la question de savoir qu'elle est sa propre lecture du monde et des évènements dans le monde ou il se trouve ? une lecture qui doit lui être propre, pas celle qui lui est donnée' par l'occident ou l'orient par exemple . Ceci voulant simplement dire : qu'es ce que l'africain voit et comprend , perçoit dans son fort intérieur de ce monde et cela par lui même ? Pas de la manière dont l'on lui enseigne' , prêcher ou dit l'occident ou l'orient . Ceci est une importance capitale car la reponse a cette question c'est l'oxygène qui fait vivre l'âme d'un peuple. C'est le carburant qui fait marcher la machine de l'amélioration de son l'état . C'est sa force vitale doit l'animer lorsqu'il interagir avec le monde au travers de sa pensée d'abord donc , c'est la reponse a toute les questions d'activité intellectuelle qui y trouve le premier compte . La question de qui suis je ? ou suis je? et comment suis je arrivée ici? question assez philosophique ici au sens premier cad l'ami de la sage . Cependant sans la reponse a ceci , malheureusement tout activités mécaniques de l'homme qui s'en suit est voue' a plus de difficulté que la facilite'.
Etant un observateur qui observe et expérimente cette réalité complexe et grandiose ( le monde) dont l'on en est pas l'auteur. Ce monde qui nous parle a chaque minute , chaque seconde. Si nous devons nous poser la question au sujet de soi même, de notre environnement . Et en cela si nous trouvons une raison être alors nous trouverons le sens réel a notre existence mais si c'est l'autre qui doit me dicter les termes de la connaissance de nos vie en ce moment , nous ne découvrons que l'existence artificielle ou mécanique de la vie ; ce que l'autre nous dit de ce que nous sommes . Grande est la malédiction si nous en faisons de sa propagande une vérité absolu alors nous sommes damnes.
L'Afrique a besoin de son propre paradigme , sa propre lecture : _De son origine.
_ De sa raison d'être .
_ De son devenir.
Même si un grand nombre penserait que la question des origines et de la raison d'être sont dépassées . Que c'est plutôt la question du devenir qui doit êtres d'actualité. Nous estimons que cette vision assez naïve de dire que :"voila , je suis la , c'est ce qui est important alors , je vie . je vie comme on me dit de vivre . je vie parce que je doit vivre . je vie parce que l'autre vie aussi. " Dangereuse quelle soit parce que cette état mentale fait de son sujet un esclave volontaire du dynamisme et meme de l'ingénierie sociale que l'autre lui impose . Inconsciemment ou consciemment , cette approche amené celui qui l'entretient a nier de son humanisme et de sa puissance qui réside dans la transformation de la societe par son in put, son apport a pouvoir amener la societe un nouveau, un degré de conscience supérieur par son activité. Peu etre en cela ne se trouve t il pas le sens réel de l'existence meme de tout un chacun ? Le fameux rêve que tout un chacun poursuit sur cette terre ? Il est bon de chercher a connaître son passé' qui est le lit maternel de la culture d'un peuple que de se concentrer totalement dans le future qui est l'enfant a naître du présent . Un enfant hypothétique peut être car qui sait, s'il naîtra vraiment en bonne santé? Une santé qui dépendra entièrement de la manière dont le passe', aurait nourri la mère et le père . Vraie qu'il soit que l'on ne peut pas changer le passe cad rentrer dans le passe' pour y apporter des corrections mais le passe' est une partie de la construction que l'on ne peut pas s'en passe de vivre avec . Le passe c'est le présent du future et le présent actuelle c'est le future du passe et le passe du future avenir.


La lecture actuelle du sens de la vie et meme de la notion du bien etre est plus une dictee par l'occident et sa philosophie maçonnique qui s'articule dans sa pensées religieuse ,politique et sociale . Basée sur un paradigme de la compréhension de la vie par la loi de la compétition et de l'accumulation des richesses matériaux afin de créer le bien etre . Bonne philosophie pour l'européen et ses alliées peut etre mais poison mortel pour l'Afrique et d'autre societe a essence plus humaine et globale. La compréhension de la vie par la compétition en existence produit le paradigme du Darwinisme social : le plus fort doivent sauvagement dominer sur les plus faibles et dictee et sans merci les cours et termes de l'existence . Cette approche de la vie ramène l'homme au plus bas son expression , plus bas meme que l'homme des cavernes. Faisant la promotion de la sauvagerie , de la gloutonnerie et de l'hypocrisie en terme simple de ce que la philosophie Africaine appellera facilement bonyiama cad l'état animale existant dans l'homme . Le résultant de cette dictee sont très palpables dans l'état de la societe humaine actuelle . L'échec a grand échelle entant que societe humaine de stopper , les guerres , les maladies en bref la souffrance sur l'échelle de toute la planète qui m'honore pas l'essence humaine profonde dit dans la philosophie Africaine BOMOTO ou BUMUTU.


Cependant malgré l'aspect illusionaire qu'accompagne la philosophe occidentale , son succès matériel et sa puissance; L'avancement technologique du monde actuelle monte a un échelle exponentiel qui naturellement devrait aussi vite impacter le bien etre de toute la societe humaine par tout au monde . Curieusement et malheureusement , ce n'est pas le cas . Le tableau macabre de la croissance d'écart entre les riches et les pauvres , les forts et les faibles , les privilégiés et les non privilégiés montre clairement que le succès apparemment de ce monde est plus du domaine de la mise en scène de l'hollywood. Cependant , c'est le monde dans lequel nous sommes tombes et condamnes de vivre dans l'illusion et le mensonge .

Dans cette foret sans respect de la loi sacrée primordiale qu'est devenu notre monde. Ceci n'avait pas toujours était ainsi . Il y avait un temps ou l'homme pouvait trouver le bonheur de vivre sur cette terre , il y avait un temps ou la loi sacrée' de l'unicité et de l'amour était la colonne vertébrale (Mu Kongo) de la civilisation humaine sur cette terre . Il a eu un temps ou l'homme noir avait pose' ses questions , y avait répondu et trouver le bonheur et la joie de vivre sur cette planète . Ce passe' glorieux sûrement ne s'est pas simple du domaine de la science fictions? Il vie encore tout au fond d'un chacun de nous et nous interpelle a faire revivre les temps glorieux du grand frère de la création , l'homme noir.


Posons des questions de font , mettons sur place des sociétés bases sur un paradigme africain adapter a la réalité actuelle . Ayant dans sont essence la saveur première que le monde illusionaire de l'occident ne peut nous offrir.
Les différents mouvements d'éveils de la conscience de l'homme noir font partir de cette grand dynamique de réveiller . Parce Que l'africain doit comprendre qui doit poser ses propres paradigmes de la liberté, du bien etre, de la spiritualité et du développement . Ceci stoppera son cycle infernale des malédictions, d'une histoire répétitive sur ses yeux sans s'en rendre compte ou etre impuissant de stopper .

mardi 12 janvier 2010

DEVRONS NOUS AVOIR PLUS D'ÉGLISES QUE D'ÉCOLES ET HOPITAUX EN AFRIQUE

DEVRONS NOUS CONSTRUIRE PLUS D'ÉGLISES QUE D'ÉCOLES ET HOPITAUX EN AFRIQUE?

Il est tres surprenant que lorsque nous parcourons l'Afrique noir depuis le Ghana jusqu'en Tanzanie , du Niger a l'Afrique du sud en ce jour ,c'est toujours la même chanson a peu prêt que l'on retrouve ; La multiplicite' des églises et eglisettes. L'africain a donne' volontairement sa destinée aux phénomènes des eglise et eglisettes.
Un amis qui avait visite' le Ghana par example, était tres surpris de constater que dans tout les bus ,taxis , trains , bateaux et avion qu'il empruntait ; c'était toujours le nom de jesus qui était chante' et les bruits des eglisettes etait au sommet . Nul part le nom de kwameh kruma par example n'était évoque' ou même mentionné, lui qui est le père de l'independance du Ghana et pere du panafricanisme .
Parfois on se pose cette question tres honnête de savoir d'où serait l'origine de ce phénomène . Dans les années 80 par exemple , il n'y avait que des églises conventionnelle cad les églises Catholiques ( les Muupes) , les protestants ( les Missionis), l'arme du salut et l'islam ( les waraas) et les eglises des Noirs , ceci bien sure pas seulement en république démocratique du Kongo mais aussi un peut partout ailleurs en Afrique. Arrivee' vers les années 1980 ce fut la grande explosion des tous les différents sectes du christianismes jusqu'à ce jour ou dans les grandes ville comme Kinshasa par example , c'est au moins une sur toutes les quatre maisons qui est transformee' en une secte chrétienne avec des dénominations tres particulières . Nous trouvons des noms tres fantaisistes comme : le combat de la fois , l'église de jesus de ceci ou de cela , jesus revient bientot est tu prêt? jesus est ma force et patati , patata....
Ces eglisettes qui fonction sans structure ni méthodologie, sont basées' sur une notion de fois illusionnée , flou et insolite . Elles sont si nombreuses que l'on se demande , d'où vient elles vraiment ? Souvent ce sont des jeunes gens qui n'ont pas de travail mais qui connaissent lire et écrire , qui se font passe' subitement  pour pasteurs car ils peuvent impressionner les vielles mamans avec leur art de manipuler le français ou l'anglais.Surtout dans les milieux rural aussi bien que  les bidons villes qui pullulent au tours des grands centres urbaines Africaines ce phenomene est devenu insurpotable. Parfois , c'est un ancien magicien, un ancien voleur, un ancient criminel , une ancienne vedette ou prostitue' qui n'ont plus de succès qui prennent le leadership des ces entreprises d'extorsion de la monnaie. Ils hypnotisent leurs adeptes avec des témoignages souvent inventes de toute pieces de leurs vie anciennes lorsqu'ils avaient du succès ou encore lorsqu'il était gens de mauvaise vie . Parfois, ils payent des escrocs qui viennent confesser, donner des faux témoignages montes de toutes pièces  de theatre pour soutenir ces entreprises  d'extorsion d'argent des pauvres kongolais  , surtout les vielles mamans , le veuves  aussi bien que des jeunes  gens  a la quette d'une faveur sociale donnee'    .  Ces fameux témoignages  se terminent toujours sur la note , Jésus m'a sauve' voila aujourd'hui il a fait de moi un homme bien , un homme de bonne vie , un homme de succès alors qu'ils sont tres conscient d'etre escrocs et opportunists  usant de la fragilite' mentale de leurs victimes . Un autre appas des ces marchands de l'asphyxie spirituelle , c'est la promesse de la réussite , du travail et de la progéniture pour des femmes stériles .Tous ces enseignements se basent a vendre la réussite sociale , une vie meilleurs avec beaucoup d'argents ou de succès aux pauvres croyant en utilisant certaine interprétation tres mal cadres de la bible ou bien en devenant champion dans le dépistage des sorciers qui souvent sont des personnes tres vulnérable dans la comunaute qui ne peuvent pas se défendre, ici je cite les enfants et les vielles personnes . En tout cas le vieux truc marche toujours tres bien en Afrique a cause de la peur et du préjudice a la croyance a la sorcellerie. Ces brigants cree' un climat de mefiance et d'insecurite' dans toute la communaute'.

Cependant bien que soit l'abondance des ces eglisette de Jésus promettant a tout bout de champ de donner des solutions miracles au pays ou aux individus , les véritables problèmes du pays ou de leur adeptes devient de plus en plus pires et les slogans de la reussite et succes demeurant des lettres mortes.
L'africain construit des eglisettes a une vitesse vertigineuse et un rythme soutenu . Si c'était au même rythme que l'African construisait des hôpitaux et routes , l'Afrique serait déjà développee' depuis tres longtemps. L'Afrique qui a besoin des hôpitaux , d'une médecine et une technologie propre a elle. Mais aujourd'hui ,elle se contente de perdre tout son énergie dans des chimères des eglisettes qui le paralyse et empoisonne son mentale et son esprit .

En tout cas ,Je me suis honnêtement pose' la question de comprendre si le développement de l'Afrique est elle fonction de la multitude des ses eglisette qui pillulent part tout .
Lorsque l'on regard la réalité de pret on se réalise vite que partout au monde , c'est l'homme qui a la capacité de changer son environnement en premier , non pas une force illusionaire et chimerique comme c'est devenu le cas en Afrique . Lorsque l'homme démission et donne la responsabilité de crée son bien être et son devenir au profit d' un être hypothétique , c'est toujours la catastrophe qui s'en suit.
L'africain est un peuple plein d'énergie , plein de vouloir mais peut être lui manque t il pas un véritable ou des véritables visionnaires?
Dans cette course effrénée' vers le bien être ou l'Afrique vient aujourd'hui en toute dernière position par apport aux autres continents , au lieu de rester avec une situation de negativisme ou une situation de refu de faire face aux vrais problème de l'Afrique et jouer a l'autruche , il est grand temps qui l'africain comprennent que l 'Afrique a besoin du développement , des infrastructures routiers, des hôpitaux et de l'éducation  que la construction des eglissete qui ne sont qu'un véritable somnifère et un high way vers sa destruiction  certaine . D'ailleurs la plus part des leaders des ces eglisettes charismatique ne sont et n'ont jamais était un bon exemple pour l'afrique . Un exemple d'amour , de compassion et de respect de l'autre en tout cas , ils ne le sont pas !!!! On les retrouvent toujours dans les combines mafieuses d'ecroqueries et de la debauche.
Une investigation minicieux nous amene a trouver  l'origine des mouvements  du réveil charismatique en Afrique  dans les combines secretes des bulderburg  au travers la CIA  et d'autre organisation secretes . L'argent  et des agens bien forme' de la CIA Américaine etaient utulises pour lancer ce mouvement d'abrutissement    totalement des africains vers les années 80 . La fertilite' du continent a permis a cette nouvelle force d'etre un element de la strategie international tres important . Les pasteurs kongolais les plus influents sont toujours en perpetuelle deplacement dans le monde pour des conferences et convensions X et Y.
Cependant  l'ironie de l'existance dit que quelque soit la duree' de la nuit la journne' fini par apparaitre . Ce fameux  reveil charismatique des kongolais de l'interieure comme de la diaspora  rencontre  en ce jour  une résistance farouche de la par des  Africains  qui commencent a voir claire et a chercher a reprendre leur destine' entre leurs mains.

Beaucoup se realisent  qu'assez c'est assez , nous ne pouvons pas continuer a nous bercer dans  cette drogue mortelle , cette opium du people qui nous tue a petit feux. Une revolution mentale doit voir le jour ou la soumission pas des croyances qui nous exploitentn nous terrorisant doit prendre fin et une veritable renaissance de la spiritualite libre verra le jour .
Le but ici n'est pas d'amener le people kongolais vers l'atheisme ou la haine de la religion car nous sont tous conscient que ce peuple et cette nation sont hautement spirituel . Nous nous sommes seulement insurger contre la manipulation de la religion comme outil servant d' exclavagiser  et exploiter tout un peuple, une nation  et surtout ses plus vulnerables .

Voyer ici George Bush ancien président américain qui avait mené' une croisade contre le monde musulman au nom de la chrétienté  . Regarder la  façon dont il traite l'homme noir .
Regardez bien cette vidéo et apprécier son salutation de G Bush aux noirs Haïtiens après le tremblement de terre de janvier passe' et tirer vous meme le conclusion sur les meneur des mouvements charismatiques qui ont infeste' l'Afrique comme un grand cancer.

GEORGE BUSH SALUT UN NEGRE
video

lundi 4 janvier 2010

LA CECITE DE L' INTELLECTUEL DE L'ÉLITE CONGOLAISE

LA CECITE DE L'INTELLECTUEL
KONGOLAIS





Il n'y a que des débiles, et des d'esprits faibles qui croient encore à toutes sortes des conneries balancés par des pasteurs et cheap politiciens qui peuvent se laisser faire aujourd'hui par cet étant des choses. Évidemment le paradis et l'enfer se trouvent ici sur terre!! Dieu nous a donné le paradis et nous en avons transformer a un enfer. Ce qui se passe au Kongo est pire que l’enfer. Souvent je me pose la question de savoir si vraiment un Kongolais peut il se permettre d'avoir peur de l'enfer car sa condition actuelle est pire que l'enfer.
N'est ce pas dans le credo des chrétiens dit-on:"Jésus est descendu en enfer et fut mis au tombeau"? Mais c'est à cause de la cruauté des hommes et de leur ignorance. Les Kongolais payent aujourd'hui, au prix fort, les conséquences de leur ignorance, de leur amnésie, de leur couardise, de leur inconscience et de leur naïveté. Ils ont permis la légitimation par la voie électorale en 2006, au suffrage universel direct (sic!) un Président imposteur en la personne de Joseph Kabila, de son vrai nom Hippolyte Kanambe qui se révèle être un Tutsi d'origine rwandaise. Cette nouvelle qui n'en est une que pour les Congolais ignorants, sourds ou aveugles, Laurent Nkundabatware un autre tutsi l’a confirmée avec force . Ainsi donc, nos diplômes dans toutes les disciplines et nos doctorats dans les sciences les plus pointues de ce monde ne servent ils strictement à rien ? Ils n'ont pas empêché un minuscule parmi le peuple nilotique d'à peine 800 mille âmes de venir dominer plus de 60 millions de Bantous KongolaisI quelle hontes ? Les ministres bantous qui forment le gouvernement congolais actuel, nos historiens, nos journalistes, ethnologues, sociologues, politologues, avocats, médecins, ingénieurs, agronomes, économistes, chimistes, polytechniciens, mais aussi nos généraux, nos colonels, nos BEM (brevetés d'état-major), bref, tous nos diplômés d'universités ( il y en aurait quelque 500 mille depuis 1954 jusqu'à ce jour) démontrent chaque jour que "science sans conscience (ethnique) est ruine de l'âme". N'est ce pas que quelqu'un l'avait affirme' quelque part!!
Vous pouvez essayer de retourner la question dans tous les sens et tous les angles , avancer tous sortes des arguments que vous voudrez, vous consoler en recourant à tous les raisonnements,philosophies, vous ne pourrez pas dénouer ni trancher ce nœud gordien, à savoir que nous sommes des têtes bien pleines mais très mal faites. Ajouter à cette tare un égoïsme viscéral et un matérialisme qui ne s'embarrasse d'aucun scrupule pour satisfaire nos besoins les plus vils et les plus bassement alimentaires ou digestifs et vous comprendrez pourquoi nous en sommes réduits aujourd'hui à souffrir d'une cécité qui nous empêche désormais de distinguer le bien du mal, la justice de l'injustice, un lapin d'une carpe, un Muntu d'un Tutsi, un compatriote d'un étranger, la nuit du jour, le soleil de la lune, l'homme de la femme, le mensonge de la vérité, le vrai du faux. Dès lors, ayant perdu toute faculté de discernement, les Congolais ont dégringolé de plusieurs degrés sur l'échelle de l'évolution des espèces vivantes. Il n'est même pas certain qu'à l'heure actuelle, nous soyons situés plus haut que les asticots...
De fait, à en juger par le traitement réservé aux paysans du nord Kivu par le rwandais Kagame , nous serions désormais assimilables à de l'engrais naturel puisque nous avons vu qu’il avait donné l'ordre à ses soldats de précipiter, vivants, des centaines de villageois congolais dans des fosses sceptiques où ils ont été noyés dans ces trous remplis d'excréments humains.
Dites-moi, mes frères et soeurs, n’a-t-il jamais existé pareille abomination dans l'histoire moderne des horreurs commises par les hommes depuis leur apparition sur cette planète ?
Et il semble que le pire reste encore à venir.
La Nature est généreuse certes, mais elle est aussi impitoyable. De toutes les facultés concédées à l'être humain, elle privilégie par dessus tout la conscience car, c'est elle qui sert de clé de voûte à toutes les autres (intelligence, émotion, diverses perceptions sensorielles comme la vue, l'ouïe, le toucher, l'odorat). La conscience vient en effet couronner tout l'édifice que la nature a patiemment bâti depuis le règne minéral. Il Lui a fallu des milliards d'années pour, enfin, réussir à façonner l'homme "à l'image potentielle de Dieu", pour qu'il prenne possession de la Terre et donne un sérieux coup d'accélérateur à l'ensemble des règnes inférieurs.
Mais attention: toute marche arrière est interdite. Voilà pourquoi, selon mon entendement, la Nature se montre intraitable vis-à-vis de tout être humain, de tout peuple, société, race ou civilisation qui , par ses pensées, ses pratiques et son discours, risque d'entraîner un recul, risquant inverser la marche, d'amorcer l'involution au lieu de stimuler l'évolution. En sombrant dans la bigoterie, en perdant toute conscience de groupe, en se livrant aux danses les plus obscènes, en laissant libre cours aux superstitions les plus irrationnelles, en permettant à de pseudo "hommes de Dieu" de les entraîner vers l'animalité et vers les croyances religieuses les plus absurdes; les Bantous congolais, alors que la Nature s'est montrée particulièrement généreuse à leur égard en les comblant de fabuleuses richesses humaines (plus de 400 ethnies et tribus) et géologiques, ne se rendent pas compte qu'ils ont péché contre Sa loi. Cette dernière, la seule et unique, qui gouverne l'univers, depuis l'infiniment petit jusqu'à l'infiniment grand. Pas étonnant, dès lors, que la Nature nous punisse avec la plus extrême sévérité . Les Tutsis comme Hippolyte Kanambe, Paul Kagame, Nkundabatware, Mwando Nsimba, Tambwe Mwamba, le général Kalume, etc., peuvent être considérés comme l'instrument de Sa colère et les outils de son châtiment. Et si, par malheur, les Bantous congolais refusent, malgré les coups pesants qui leur sont assénés, de guérir des tares qui les affligent, la Nature est prête à prendre le pari et le risque de leur extermination pure et simple.
Au demeurant, ils ne seront pas le premier peuple que la Nature accepterait ainsi de sacrifier. Il suffit pour cela de s'en référer à l'histoire de l'humanité. Innombrables sont, en effet, les peuples, races, sociétés et civilisations qui ont disparu de la surface de la Terre sans laisser la moindre trace ni le plus petit souvenir à la postérité. Les Tutsis du Rwanda, du Burundi, de l'Ouganda en général n'attendent plus que cette opportunité pour ériger leur fameux "tutsiland" qui aurait alors les mêmes dimensions que l'actuelle République démocratique du Congo (peut-être même plus, qui sait?) au lieu de se limiter seulement à deux ou trois provinces, comme c'est le cas dans le projet qu'ils nourrissent depuis 1972.
Collabos et pasteurs continuez à faire descendre les congolais en enfer avec vos histoires là qui ne tiennent pas debout. Le temps nous donnera raison.
Le Kongo a qui je m'adresse; sommes nos des machines , des choses ? Le temps n'a t il pas sonne' de nous réaliser la gravites de notre mal et commencer a y apporter des solutions nécessaires. Le temps est celui de l'action cher amis , frères et soeurs Kongolais.

Mama Likembe.